Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

savoircpouvoir

savoircpouvoir

Ce blog a pour objectif de montrer notre monde sous un autre angle et de vous révéler des informations plus ou moins "omises " par nos médias de masse.


Pourquoi il ne faut pas attaquer l’Iran

Publié par savoircpouvoir sur 23 Janvier 2012, 19:17pm

Catégories : #Géopolitique - Médiamensonge

Bombe atomique, dictature, antisémitisme.... Les sources de diabolisation ne se tarissent pas lorsque les médias viennent à parler de l'Iran. A l'heure où les tambours de guerre frappent de plus en plus fort, nous vous proposons cette lecture essentielle. Puissiez-vous y trouvez les mots à partager autour de vous pour tordre le coup aux idées reçues, combattre la propagande et, peut-être, éviter un nouveau désastre. (IGA)

 

Les pressions pour déclencher une guerre contre l’Iran s’exercent depuis si longtemps que les arguments en faveur de cette action, comme ceux qui soutiennent que l’Iran alimente la résistance de l’Irak, naissent et meurent au gré des circonstances.
Cela fait des années que DontAttackIran.org accumule les arguments pour ou contre une guerre préventive. Nous avons combattu avec succès une agression de ce type sans pouvoir nous en attribuer le mérite. La décision de ne pas déclencher une guerre n’est en effet jamais officiellement annoncée. Les bellicistes ne baissent non plus jamais les bras et ceux qui croient ce que raconte leur gouvernements imaginent encore que le Pentagone ne provoque jamais de conflit mais y est entraîné malgré lui pour des raisons défensives suscitées sans préavis par des fauteurs de troubles.

Alors que l’Iran n’a fait la guerre à aucun pays depuis des siècles, les Etats-Unis sont loin de s’être aussi bien comportés. Souvenons nous ou découvrons enfin comme beaucoup de citoyens américains que le Etats-Unis ont mis à bas la démocratie Iranienne en 1953 pour installer un dictateur. Et qu’après cela ils ont aidé l’Iraq à attaquer l’Iran notamment en le fournissant en armes et munitions, dont des armes chimiques qui furent d’abord utilisées contre les Iraniens avant de servir en 2002-2003 de prétexte à la guerre contre l’Iraq alors même qu’elles n’existaient plus. Au cours de la dernière décennie, les Etats-Unis ont qualifié l’Iran d’Etat de l’Axe du mal, ont attaqué et détruit d’autres pays non nucléarisés mais repris sur leur liste de pays de l’Axe du mal, ont qualifié une partie de la structure militaire iranienne d’organisation terroriste, ont accusé sans aucun fondement l’Iran de nombreux crimes dont l’attaque du 11 septembre, ont assassiné des scientifiques Iraniens, ont financé des groupes d’opposition en Iran ( y compris certains groupes qu’ils avaient qualifiés de terroristes ), ont envoyé des drones sur l’Iran, ont menacé ouvertement et sans justification légale d’attaquer ce pays et enfin installé des bases militaires tout autour de ses frontières tout en lui imposant de cruelles sanctions économiques.

Les pressions en faveur d’une nouvelle guerre en Iran trouvent leur source dans les lignes directrices du programme de défense de 1992 ( Defence Planning Guidance ) et la publication de 1996 intitulée « Une rupture nette : Une nouvelle stratégie pour sécuriser l’Empire, la reconstruction des lignes de défense américaines de l’an 2000 » , enfin un mémo du Pentagone de Wesley Clark daté de 2001 et récapitulant les nations cibles de l’époque : Irak, Libye, Somalie, Soudan, Liban, Syrie et Iran. En 2010, Tony Blair intégra de son côté l’Iran à une liste similaire de pays que Dick Cheney avait l’intention de placer sous contrôle. L’opinion des décideurs à Washington en 2003 était que l’invasion de l’Irak serait une promenade de santé tandis qu’il faudrait une solide armée pour aller à Téhéran. Les arguments développés à l’époque n’étaient pas de ceux que les bellicistes rendent publics mais de ceux qu’ils développent entre eux à l’insu de l’opinion. Leurs réelles préoccupations étaient de contrôler les régions riches en ressources naturelles, d’intimider le monde et d’établir des bases militaires indispensables à la surveillance de gouvernements fantoches.

Bien sûr, les raisons pour lesquelles « seuls de vrais hommes » pourront envahir l’Iran sont que l’Iran n’est pas une nation pauvre et désarmée comme l’Afghanistan ou l’Irak ou même, comme on l’a récemment découvert, la Libye. L’Iran est beaucoup plus grand et beaucoup mieux armé. Au cas où les Etats-Unis ou Israël déclencheraient une offensive militaire contre l’Iran, l’Iran riposterait contre les bases américaines et Israël et probablement contre les Etats-Unis eux mêmes qui riposteraient à leur tour. L’Iran ne peut ignorer que les pressions exercées par le gouvernement des Etats-Unis contre le gouvernement israélien pour le dissuader d’attaquer l’Iran ne peut que rassurer Israël sur une éventuelle intervention des EU en temps opportun et ne les incite nullement à réduire leur assistance militaire ni à cesser de mettre leur veto aux sanctions votées à l’ONU contre les crimes israéliens. En d’autres termes, aucune assertion des EU suggérant leur volonté de prévenir toute attaque ne peut être prise au sérieux. Certes, beaucoup de membres du gouvernement et nombre de responsables militaires des EU sont opposés à une intervention militaire en Iran, de même que beaucoup de militaires israéliens pour ne rien dire des populations israéliennes et de celles des Etats Unis. Mais aucune guerre n’est propre ni chirurgicale. Si ceux que nous avons mandatés pour nous gouverner attaquent une autre nation, nous sommes tous en danger.

Les plus exposées sont incontestablement les populations iraniennes, pourtant tout aussi pacifiques sinon plus que les autres. Comme partout ailleurs et quel que soit le type de gouvernement, les Iraniens sont fondamentalement bons, corrects, paisibles, justes, comme vous et moi et tous les autres. J’ai rencontré des Iraniens et vous en avez peut être rencontrés aussi, ils n’appartiennent pas à une autre espèce, ils n’ont rien de diabolique. Une frappe chirurgicale contre des installations suspectes dans leur pays provoquerait beaucoup de drames et de morts parmi eux. En imaginant que l’Iran puisse s’abstenir de riposter contre de telles attaques, les actions entreprises ne résulteraient qu’en destructions massives, et pour en arriver à quoi ? A serrer les rangs du peuple iranien et de la plupart des peuples du monde contre les EU. En outre, cela justifierait aux yeux de nombreux observateurs un programme secret de développement d’armement nucléaire qui n’existe probablement pas à l’heure actuelle sauf dans la mesure où la poursuite de programmes légaux de recherche sur l’énergie atomique rapproche chaque pays de la mise au point de l’arme nucléaire. Les dégâts environnementaux seraient énormes et le précédent ainsi créé terriblement dangereux. Toutes les discussions visant à la réduction des budgets militaires des EU seraient interrompues par un vent de folie guerrière, les libertés civiles et ce qui reste de représentation démocratique seraient balancés dans le Potomac. La frénésie de la course à l’armement nucléaire s’emparerait d’autres pays et le chœur des bellicistes sadiques serait rapidement couvert par les faillites, l’explosion des dettes et un délire de stupidité ambiante.

Stratégiquement, légalement et moralement, la possession d’armes de même que les démarches en vue de leur acquisition ne sont pas un sujet de guerre. De même, en pensant à l’Irak, il n’y a jamais eu l’ébauche d’une action contre la possibilité d’acquérir de l’armement. Israël dispose de l’armement nucléaire. Les EU détiennent le plus important arsenal nucléaire au monde. Et cela ne donne à personne le droit d’attaquer les EU, Israël ou n’importe quel autre pays. L’affirmation que l’Iran détient ou se trouve sur le point de détenir des armes nucléaires n’est jamais qu’une déclaration que l’on retire ou réactive au gré des convenances depuis des années. Et ce n’est pas le côté le plus absurde d’une fausse déclaration qui n’est de toute manière pas un prétexte valable pour déclencher une guerre. Le plus absurde est que ce soient précisément les EU qui en 1976 aient mis l’Iran sur la voie de l’énergie nucléaire. C’est la CIA qui a fourni en 2000 à un gouvernement iranien affaibli les plans pour construire une bombe nucléaire. En 2003, c’est l’Iran qui a proposé des négociations avec les EU en mettant toutes les cartes sur la table, y compris la technologie nucléaire et ce sont les EU qui ont refusé. Peu après, les EU ont commencé à chercher des prétextes de guerre. Entre-temps, le programme de sanctions initié par les EU a empêché l’Iran d’accéder aux technologies de l’énergie éolienne alors que les frères Koch pouvaient commercer librement avec l’Iran sans risque de sanctions.

Un autre volet de déclarations mensongères à démystifier concerne le montage comparable de fausses rumeurs qui a conduit à la guerre de 2003 contre l’Irak et qui consiste à affirmer sans cesse et sans preuve, y compris de la part de candidats à la présidence des EU, que l’Iran s’oppose à la visite des inspecteurs et les empêche d’accéder à ses sites controversés. L’Iran a au contraire volontairement accepté de se soumettre à des critères plus rigoureux encore que ceux imposés par l’IAEA. Et dans le même temps, une ligne de propagande contradictoire affirme que l’IAEA a découvert des éléments d’un programme de développement d’armes nucléaires en Iran. Si on s’en tient aux règles du traité de non prolifération des armes nucléaires ( TNP ), l’Iran n’était pas tenu de tout communiquer au sujet de ses installations et c’est ce qu’il avait choisi de faire au début de la dernière décennie parce que les EU violaient eux-mêmes ce traité en empêchant l’Allemagne, la Chine et d’autres de fournir l’équipement nécessaire pour développer l’énergie nucléaire. Alors que l’Iran s’est toujours conformé aux exigences du TNP, l’Inde, le Pakistan et Israël ne l’ont jamais signé et la Corée du Nord s’en est retirée tandis que les EU et les autres puissances nucléaires le violent sans cesse en s’abstenant de réduire leur arsenal nucléaire, en approvisionnant en armement nucléaire d’autres pays comme l’Inde et en développant de nouvelles armes nucléaires.

Ci-dessous la carte illustrant la répartition géographique des bases militaires des EU au pourtour de l’Iran : qu’en penseriez vous si vous étiez Iranien ?

swanson1jpg-e5cb-ad046.jpg

Qui menace qui ?

Le tableau suivant représente le montant des dépenses militaires des grandes puissances et leur rythme de croissance entre 2007 et 2011 en milliard de $ US ( REUTERS )

swanson2gif-ad75-4bb62.gif

Qui est la grande menace pour qui ? Le point n’est pas de savoir si l’Iran risque de s’en prendre aux EU ou à qui que ce soit tant sa puissance militaire est petite, il est évident que ce serait un suicide national. Ce serait aussi une attitude que l’Iran n’a pas eue depuis des siècles alors qu’il s’agirait d’un comportement typique des EU.

Etes-vous prêt à entendre un raisonnement plus tordu encore ? C’est du même acabit que les déclarations de Bush qui disait ne pas s’intéresser à Oussama Ben Laden. Eh bien, les partisans d’une guerre préventive contre l’Iran reconnaissent eux-mêmes que si l’Iran détenait l’arme nucléaire, il n’y aurait jamais recours. Cette conclusion résulte d’une analyse de l’American Enterprise Institute :
« Le problème majeur pour les EU n’est pas celui d’un Iran capable de mettre au point et de tester l’arme nucléaire, c’est celui d’un Iran disposant de l’arme nucléaire sans intention d’y avoir recours. Car dès l’instant où l’Iran dispose de l’arme nucléaire et ne l’utilise pas, tous les adversaires de l’attitude actuelle des EU reviendront à charge en disant : nous vous l’avions bien dit que l’Iran est un pouvoir responsable et qu’il ne prétendait pas à la force nucléaire pour l’utiliser ensuite…et ils auront alors beau jeu de prétendre que l’Iran nucléarisé n’est pas un problème. »

J’espère m’être bien fait comprendre. L’Iran recourant à l’arme nucléaire serait mauvais : dégâts environnementaux, pertes de vies humaines, souffrances et désolations et plus encore. Mais ce qui serait fort ennuyeux pour nos stratèges, ce serait un Iran disposant de l’arme nucléaire et se comportant avec elle comme font tous les Etats qui en disposent depuis Nagasaki : rien. Cela mettrait à mal l’argumentation développée en faveur de la guerre en la rendant bien moins acceptable et permettrait à l’Iran de se gouverner comme il l’entend et non comme les EU voudraient qu’il le soit. Certes cette gouvernance pourrait être très mauvaise ( bien que nous ne soyons guère un modèle pour cette partie du monde ) mais elle fonctionnerait sans l’accord des EU et cela serait bien pire qu’une destruction nucléaire.
Des inspections avaient été autorisées en Irak et elles ont eu lieu. Elles n’ont pas mis d’armes de destruction massive au jour et d’ailleurs il n’y en avait pas. Des inspections ont lieu en Iran également et elles se déroulent bien. Néanmoins, l’AIEA est tombée sous la coupe de l’influence corruptrice du gouvernement des EU. En effet, le chœur des bellicistes n’est soutenu par aucune constatation de l’AIEA et que les rares éléments avancés par l’AIEA en faveur d’une guerre préventive ont été massivement écartés quand ils n’ont pas suscité une franche hilarité.

Autres années, autres mensonges. On n’entend plus dire que la Corée du Nord contribuerait à l’élaboration du programme nucléaire iranien. Qu’en est il des rumeurs d’assistance iranienne aux mouvements de résistance irakiens ? ( les EU n’ont ils pas aussi en son temps aidé la résistance française contre les forces d’occupation allemandes ! ) et du dernier bruit qui court : l’Iran est responsable du 11 septembre. Mais la vengeance comme tous les autres prétextes évoqués ne peut justifier une guerre ni au plan moral ni au plan légal. Mais cette dernière élucubration a déjà été mise à mal par l’indispensable Gareth Porter, entre autres . Entre -temps, l’Arabie saoudite impliquée dans l’attentat du 11 septembre tout comme dans la résistance Irakienne ne cesse d’être approvisionnée en ces produits phare de nos bonnes vieilles exportations dont nous sommes si fiers que sont les armes de destruction massive.

J’en ai presque oublié un autre mensonge qui court d’ailleurs encore un peu. L’Iran n’a jamais tenté de faire exploser un ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington D.C, geste que le président Obama aurait considéré tout à fait louable si les rôles avaient été inversés mais un vrai mensonge que même la Fox News a eu du mal à avaler, c’est tout dire !

Et cette autre déclaration sans cesse remise sur le tapis : Ahmadinejad aurait dit qu’il fallait « rayer Israël de la carte ». Une telle menace n’arrive pas à la cheville des rodomontades d’un John Mac Caïn clamant qu’il fallait bombarder l’Iran ou de Bush et Obama affirmant que toutes les options, y compris une attaque nucléaire, étaient sur la table ( Je commence d’ailleurs à en avoir par dessus la tête de cette table ). La déclaration en question reste quand même préoccupante : « rayer de la carte » ! mais voilà, la traduction n’est pas correcte. La traduction conforme est la suivante : « le régime d’occupation de Jérusalem doit être effacé de cette page de l’histoire » et cela concerne le gouvernement d’Israël, pas la nation israélienne. Pas même le gouvernement d’Israël mais son régime actuel. C’est ce que disent sans cesse les américains de leur propre régime, alternativement tous les quatre ou huit ans selon le parti politique au pouvoir ( certains d’ailleurs le disent tout le temps, quel que soit le parti au pouvoir ). L’Iran a dit clairement qu’il approuverait une solution à deux Etats si les Palestiniens étaient d’accord. Si nous devions envoyer des missiles chaque fois que quelqu’un fait une déclaration stupide, même parfaitement traduite, il ne ferait pas bon de vivre près de chez Newt Gingrich ou de chez Joe Biden.

Le vrai danger n’est pas que dans les mensonges. L’aventure Irakienne a en effet développé une forme de résistance mentale chez beaucoup de mes concitoyens américains. Le vrai danger serait plutôt dans le lent démarrage d’une guerre qui deviendrait effective sans jamais avoir été formellement déclarée. Israël et les EU n’ont pas seulement tenu des propos agressifs et stupides, ils ont tué des Iraniens et ils ne semblent en éprouver aucune gêne. Le jour après un débat des primaires républicaines où les candidats ont exprimé leur intention de tuer des iraniens, la CIA à veillé à ce que cela se sache et a confirmé que c’était déjà le cas. Des bâtiments sont détruits et des Iraniens assassinés. Certains diraient comme d’autres l’ont déjà dit que la guerre avait commencé et ceux qui refusent de s’en rendre compte devraient s’en douter en entendant les sinistres plaisanteries des EU demandant à l’Iran de leur renvoyer leurs drones héroïques.

Il faudrait sans doute un bon coup de fouet pour sortir les va-t-en guerre de leur torpeur, du genre de ce compte rendu d’une réunion tenue dans le bureau du vice président Cheney : « Une douzaine d’idées circulaient quant à la meilleure manière de déclencher une guerre, l’une d’elles me parut particulièrement intéressante : pourquoi ne pas construire dans un de nos chantiers naval quatre ou cinq répliques de navires de guerre iraniens bourrés d’armes et de munitions avec un de nos équipages à bord et lors du prochain passage de nos bateaux dans le détroit d’Ormuz, déclencher un tir. Cela pourrait évidemment coûter quelques vies. L’idée fut finalement écartée car il était difficilement concevable de créer une situation où des américains tuent des américains. C’est le genre de discussion que nous avons autour d’éventuelles provocations. L’idée a finalement été écartée. »

D’accord, Dick Cheney n’est pas votre type d’américain mais personne dans le gouvernement des EU n’est votre américain type. Votre américain se bat, désavoue son gouvernement, souhaite que les milliardaires soient taxés, est en faveur des énergies vertes, veut un enseignement de qualité et des emplois plutôt que des dépenses militaires inutiles ; il estime que les grands groupes financiers devraient être empêchés d’acheter les élections et ne désire pas s’excuser quand le vice président lui flanque une gifle. En 1930, l’amendement Ludlow avait pratiquement fait du référendum populaire une exigence constitutionnelle avant une éventuelle déclaration de guerre. Le président Franklin Roosevelt a bloqué cet amendement mais la constitution imposait et impose toujours que le Congrès déclare la guerre avant qu’elle ne soit effectivement entreprise. Cela fait 70 ans que cela n’a plus été le cas alors que nous n’avons pratiquement jamais cessé d’être en guerre. Au cours de la précédente décennie et jusqu’à ce jour malheureux du nouvel an 2011-2012 où le président Obama a signé le scandaleux National Defense Autorization Act, le pouvoir de déclarer la guerre a été cédé aux présidents. Et c’est une raison supplémentaire pour s’opposer à une guerre présidentielle en Iran : une fois que les présidents ont le droit de faire la guerre, plus rien ne les arrête. Une autre raison, si quelqu’un s’en soucie encore si peu que ce soit, est que la guerre est un crime. L’Iran et les EU ont tous deux signé le pacte Kellog-Briand qui exclut la guerre et une de ces deux nations ne s’y conforme pas.

Mais nous n’aurons pas de référendum, la Chambre des non représentants des EU ne le demandera pas. Il n’y aura que la pression de l’opinion et les actions non violentes pour s’opposer à cette catastrophe annoncée. Les EU et le Royaume Uni se préparent déjà à la guerre contre l’Iran. Cette guerre, quand elle surviendra, sera menée par une institution nommée « Département de la défense des EU » mais elle nous mettra bien plus en danger qu’elle ne nous défendra. Au fil de cette guerre, on tentera de nous faire croire que le peuple iranien veut être bombardé pour son bien, pour sa liberté, pour la démocratie mais personne au monde n’a envie d’être bombardé pour cela. L’Iran ne veut pas d’une démocratie du style de celle des EU. Même les EU ne veulent plus d’une démocratie de cette sorte. On nous racontera que ces nobles objectifs inspirent les actions de nos valeureuses troupes et de nos drone courageux et pourtant, il n’y aura pas de champ de bataille, pas de lignes de front, pas de tranchées, juste des villes et des villages où des gens vivent et où ils mourront. Il n’y aura pas de victoire. Aucune libération ne se produira à la faveur d’un « soulèvement ». Le 5 janvier 2012, le secrétaire à la défense, Léon Panetta interrogé lors d’une conférence de presse au sujet de nos échecs en Irak et en Afghanistan, a simplement répondu que c’étaient là des succès. C’est le genre de succès auquel on pourrait s’attendre en Iran si l’Iran était un Etat sans armée ni structures.

Nous commençons seulement à prendre la mesure de la censure des médias, des blackouts et de tous les mensonges à propos des dégâts occasionnés en Irak et en Afghanistan. Nous comprenons maintenant pourquoi Obama et Panetta ont fait leurs les mensonges qui ont permis de lancer la guerre en Irak. Il est temps de ressusciter ces mensonges comme nous l’avons fait à chaque fois que nous avons déclaré la guerre et ce sera cette fois pour la guerre en Iran.
Voici la vidéo qui montre comment cela va se passer avec beaucoup de contorsions et nouvelles variantes. L’industrie des médias des EU fait bien partie de la machine de guerre.

Programmer et financer une guerre crée sa propre dynamique. Les sanctions constituent, comme pour l’Irak, une étape vers la guerre. La rupture des relations diplomatiques laisse peu de portes ouvertes. Les pressions électorales nous conduisent tous là où la majorité d’entre nous ne veut pas aller.

Ce sont là les bombes qui serviront à déclencher ce sale et peut être dernier chapitre de notre histoire. L’animation vidéo montre clairement ce qu’elles produiraient. Pour plus de réalisme, on peut la coupler à l’audio d’un imprécateur essayant désespérément de persuader George Galloway d’attaquer l’Iran.

Le 2 janvier 2012, le New York Times faisait part des inquiétudes suscitées par les coupes pratiquées dans les budgets de l’armée et les craintes que cela éveillait quant à la capacité des EU à mener une guerre au sol, féroce et de longue durée en Asie.
Le 5 janvier 2012, lors de la conférence de presse du Pentagone, le président du staff des chefs d’état major a rassuré le corps de presse ( sic ) que d’importants conflits au sol étaient une option envisageable et que de prochaines guerres, quelle qu’en soit la nature, étaient une quasi certitude. La déclaration de politique militaire du président Obama communiquée lors de cette conférence de presse énumérait les missions de l’armée. Il était d’abord question de combattre le terrorisme, ensuite de prévenir les agressions puis de projeter son pouvoir malgré les défis que constituent les mesures d’inaccessibilité de toutes sortes, enfin le bon vieux bouclier anti-missiles ( WMD ), la conquête de l’espace et du cyberespace, l’armement nucléaire et pour terminer, après tout cela, le rappel du devoir de défendre cette mère patrie communément appelée les Etats Unis.

Nous sommes mal barrés.

Les cas de l’Irak et de l’Iran ne sont pas identiques à des détails près mais dans les deux cas nous avons à faire à des manœuvres concertées pour nous mener à des guerres qui,comme toutes les guerres, sont fondées sur des mensonges.

La seule chose que vous puissiez encore faire est de demander aux équipages des forces armées des EU et d’Israël, à ceux qui commandent leurs missiles et leurs drones, de refuser d’attaquer l’Iran à DontAttackIran.org.




Traduit de l’anglais par Oscar GROSJEAN, à la demande d’Investig’action.

Source originale : war is a crime

Source : michelcollon.info

Archives

Articles récents