Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

savoircpouvoir

savoircpouvoir

Ce blog a pour objectif de montrer notre monde sous un autre angle et de vous révéler des informations plus ou moins "omises " par nos médias de masse.


Election présidentielle : appel à l’abstention

Publié par savoircpouvoir sur 8 Avril 2012, 22:21pm

Catégories : #Politique

« Si les élections pouvaient changer quoique ce soit,
il y a longtemps qu’elles auraient été supprimées. »

Coluche

Un soir, en sortant du RER, à l’issue d’une longue journée de travail, alors que je marchais vers chez moi avec la simple idée de me reposer tranquillement sans m’occuper de rien, encore moins de politique, mon sang fut fouetté par une affiche de publicité collée sur un mur. Dessus, l’image d’une jeune fille avec les pitoyables slogans suivants : « M’abstenir n’a pas rendu mon monde meilleur », « L’abstention n’aura pas ma voix ». On sent dans cette prose toute l’influence d’un publicitaire inculte, post-soixante-huitard, pas encore trentenaire mais pourtant déjà complètement ringard et abreuvé de l’indigence intellectuelle propre à la bobocratie.


Ainsi donc, voter rendrait notre monde meilleur…

Peut-être, à une époque, cette assertion put-elle avoir du vrai…Mais aujourd’hui ? Aujourd’hui, à notre époque d’inversion des valeurs, il apparait clairement à tout homme acceptant simplement d’ouvrir les yeux et de regarder la réalité en face, que le vote est devenu une clé de voute de la domination de l’oligarchie financière.


Un vote, quel qu’il soit, ne peut en rien être une flèche lancée contre le corps de l’oligarchie. Une analyse sérieuse du système politique français nous le prouve et par ce texte, je caresse l’innocent espoir de déchirer les dernières illusions des authentiques ennemis du Système mystifiés sur cette question.

Le système politique français se compose actuellement de deux grands ensembles, a priori opposés mais en vérité complémentaires : les faux partis de gouvernement et les faux partis d’opposition.


Les faux partis de gouvernements


La mission d’un gouvernement est de défendre l’intérêt de son peuple. Ainsi, tous les partis qui depuis trente ans trustent les pouvoirs de la France ne sont pas des partis de gouvernement, car loin de défendre les intérêts de leur pays, ils les trahissent. A ce titre, Nicolas Sarkozy n’a pas été le président de la France, mais a présidé l’entreprise de trahison des intérêts de la France.

Mais soyons juste et ne rejetons pas sur lui l’exclusivité de la faute. Tous les faux partis de gouvernement ont trahi, notamment et principalement en se soumettant à l’oligarchie financière via leur ralliement aux traités européens.

La lettre des traités européens est une attribution des pleins pouvoirs à l’oligarchie financière. Par la liberté de circulation des capitaux, l’usure sur la dette publique, le monétarisme, l’interdiction de politiques industriels et le libre-échange, les gouvernements d’Europe ont sciemment donné une puissance de feu historiquement inégalée à l’oligarchie. Je peine à voir dans l’histoire une abdication équivalente de l’intérêt général.


Les faux partis de gouvernements, à savoir, l’UMP, le PS, le Modem, le Nouveau Centre et les Verts, une fois installés dans les sièges du pouvoir, s’empressent de revenir sur toutes les choses justes qu’ils auraient pu dire, et appliquent discrètement, sans faire de bruit, sans jamais les assumer et en prétendant faire le contraire, les politiques néolibérales inéluctablement induites par les traités européens et rappelées à eux sans cesse par la Commission européenne.

Les faux partis de gouvernement sont donc des traîtres. Nicolas Sarkozy l’a d’ailleurs montré suite à l’affaire Merah, en demandant à ce qu’on l’aide « à construire cette France qui entrainera le monde sur la voie d’un Nouvel ordre mondial »…De même, François Hollande est allé ramper à la City de Londres pour prévenir qu’une fois élu, il serait un bon toutou servile. Rassure toi Flamby, nul n’a jamais vu en toi un défenseur du peuple français : ton parti depuis trente ans appelle à voter pour les textes néolibéraux émanant de l’Union Européenne. Puis nous avons François Bayrou, fraichement revenu de la lune, qui entonne « acheter français » alors que ceci est strictement interdit par le droit de l’Union, dont il l’est un des plus fervents soutien français. Monsieur Bayrou, êtes-vous stupide ou menteur ? Il faudra choisir.

En cette année 2012, les félons sont au rendez-vous et annoncent ouvertement que les intérêts de leurs maîtres priment sur ceux de la France. Voter pour eux, c’est offrir un nouveau blanc-seing à l’oligarchie financière.


Les faux partis d’opposition


Les faux partis d’opposition sont les partis dont le discours et l’action sont en apparence contestataires mais qui, en réalité, sont absolument indolores pour l’oligarchie. Nous plaçons dans cette catégorie l’extrême gauche caviar, soit tout ce qui se trouve à la gauche du PS, et les patriotes et souverainistes en carton-pâte, soit tout ce qui se trouve à la droite de l’UMP.


Cette clique hétérogène de faux rebelles parle haut et fort, dissone de quelques notes par rapport à la doxa officielle, mais prouve sa soumission et sa stupidité de la même manière que les faux partis de gouvernement : en ne parlant jamais de l’oligarchie financière, en ne la plaçant jamais au cœur des débats. La preuve ? Avez-vous durant la campagne entendue Madame Le Pen et Monsieur Mélanchon ne serait-ce que prononcer les mots hedge fund, fond de pension ou produit dérivé ? Non ? dont acte.

Les faux partis d’opposition servent à l’oligarchie à mener une stratégie de diversion : Marine Le Pen nous parle de Hallal et Jean-Luc Mélanchon d’Emmanuel Goldstein (de Marine Le Pen). L’oligarchie, en attendant, est préservée de tout coup.


Il reste Dupont-Aignan… Mais son CV n’est pas clair, et s’applique à lui cette blague que Churchill fit de son adversaire, Attlee : « Un taxi vide s’est arrêté devant le Parlement, il en est sorti Attlee ».

Voter pour un faux parti d’opposition, c’est entretenir l’illusion de la contestation du Système, l’illusion de la démocratie et laisser l’oligarchie vierge de toute attaque.


Le Théâtre de Guignol


Les fausses rivalités entre faux partis de gouvernement, ainsi que les cure-dents que leur lancent les faux partis d’opposition, participent à la mise en scène de cette triste mascarade qu’est devenue la politique française.

L’agitation médiatique et politique se résume à cet adage populaire : une tempête dans un verre d’eau. Son  impact sur le réel est nul. Elle n’a aucun intérêt.

Parmi tous les candidats à l’élection présidentielle, aucun ne propose la dénonciation des traités européens. Aucun. En d’autres termes, aucun ne propose une alternative, aucun ne propose de changement. Notre choix se limite à des gens qui au fond, proposent tous la même chose. Notre choix se limite à choisir notre agent du Système préféré.

A titre personnel, entre mondialisme et mondialisme, votre serviteur ne choisira pas.

Car voter c’est alimenter un Théâtre de Guignol, un théâtre dont la conclusion de chaque pièce est la défense des intérêts de l’oligarchie et la marginalisation de ceux du peuple.


Voter, c’est alimenter une caste politique qui est payée par l’oligarchie pour soumettre et humilier le peuple français.

Voter, c’est cautionner un système qui ne remet jamais en cause la mondialisation néolibérale et ne s’attaque jamais aux maux du peuple.

Voter, c’est mettre au pouvoir des individus qui depuis plusieurs décennies ont révélé à chaque fois que l’occasion leur était donnée qu’ils étaient des félons.

Voter, c’est maintenir sous perfusion une classe politique dont, de l’extrême gauche à l’extrême droite, il n’y a rien à attendre.

Voter n’est pas synonyme de démocratie.

Voter, c’est voter pour l’oligarchie.

Ce n’est pas un hasard si le moindre présentateur télé nous pousse à aller voter. Ce n’est pas un hasard non plus si les grands médias se mettent au branlebas de combat pour inciter le peuple à se rendre aux urnes : à tout prix, le Système veut légitimer sa reconduction.


Cher lecteur, entre nous, quitte à se faire trahir, autant ne pas donner son aval, ne croyez-vous pas ? Autant que le pouvoir mandaté pour nous faire souffrir ne le fasse pas avec notre accord. Autant que toute hypocrisie soit réduite à néant et que le prochain gouvernement qui appliquera les politiques néolibérales inspirées par Bruxelles et son mandataire, l’oligarchie financière, soit aux yeux de tous illégitime. Convenez-en cher lecteur, il ne s’agit là que du minimum syndical en matière de dignité.


De tout cela, il ressort avec clarté que les prostituées sont plus dignes que les électeurs. Car les prostituées pour se faire baiser demandent de l’argent, tandis que l’électeur, satisfait de lui-même, ne demande rien, le fait gratuitement, le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir agi en citoyen (traduction : en cocu).

 

Conclusion : compte tenu de ce que la classe politique française fait à son peuple depuis la chute de De Gaulle, il serait plus juste de parler non d’abstention mais d’abstinence.

Comme le disait le Christ, entende qui a des oreilles pour entendre. Amen !


Adrien Abauzit, pour Mecanopolis

Adrien Abauzit est l’auteur du livre « Né en 1984 »

 

 

source : http://www.mecanopolis.org/?p=25175

Archives

Articles récents